publicité

La société bordelaise Cacolac se lance dans le vin en canettes

Du chocolat au vin, il n'y a qu'un pas. Après avoir fait sa réputation sur la boisson lactée au cacao, Cacolac change de cap et se lance dans le vin en canette.

  • Par Sarah Rebouh
  • Publié le 12/10/2012 | 10:45, mis à jour le 12/10/2012 | 11:30
La star de la marque Cacolac, bouteille au lait chocolaté, est née en 1954. © CC BY-NC / designrecherche (via flickr)
© CC BY-NC / designrecherche (via flickr) La star de la marque Cacolac, bouteille au lait chocolaté, est née en 1954.
Cacolac, célèbre entreprise de boisson cacaotée pour jeune public, s'est associée à Vinsafe International, une société australienne, pour commercialiser du vin en canettes. La cible n'est très certainement pas la même, ce qui n'empêche pas à l'entreprise basée à Léognan depuis 1954 de commercialiser depuis avril dernier du vin sous aluminium sans la moindre crainte.

"Atout décisif, Cacolac est installée au coeur du Bordelais, à Léognan, dans la très réputée appellation Pessac-Léognan" confiait plutôt fier le directeur au site latribune.fr. Il faut dire que depuis quelque temps, le marché du vin en canette se développe notamment au Japon. D'ici 2013, Cacolac espère vendre 1 million de canettes de vin vendues entre 1 et 1 euro 50. Pour l'instant, le vin n'est disponible qu'à l'export. Pour pouvoir en trouver en France, il faudra attendre 2013-2014.

Du vin en canettes d'une société installée à côté de Perpignan. © OTHERWINE
© OTHERWINE Du vin en canettes d'une société installée à côté de Perpignan.

Une expérience bordelais en 2005


Déjà en 2005, Pink Grap, société détenue par deux associés, tentait l'expérience du vin AOC en canette. L'entreprise, d'abord implantée à Bordeaux, était à la recherche d'un château prêt à jouer le jeu. Après maintes investigations, les deux acolytes dénichaient "le château de Marsan (vignobles Gonfrier-Lestiac), qui confectionne d'excellents vins" et une agence de communication réalisait "un site Internet, des affiches et des flyers pour un budget de 3 000 euros".

Après quelques recherches sur Internet, nous n'avons trouvé pas réussi à joindre cette entreprise.  Seul un numéro de téléphone qui n'est plus attribué ainsi qu'un site Internet mis à jour pour la dernière fois en 2008 sont disponibles sur la toile. Pour Cacolac, si ça ne marche pas, il y aura toujours le chocolat. 

les + lus

les + partagés