publicité

Où en sont nos nappes phréatiques ?

Alors que la pluie tombe depuis des semaines, difficile d'imaginer qu'on manquera peut-être d'eau cet été... A-t-il vraiment plus plu que d'habitude et cela suffit-il, enfin, à restaurer les nappes phréatiques?

  • C.B.
  • Publié le 12/02/2013 | 14:26, mis à jour le 12/02/2013 | 15:19
© Flickr cc par Zigazou76
© Flickr cc par Zigazou76
Cela n'est pas qu'une impression. Depuis plusieurs semaines c'est le ciel qui nous tombe sur la tête avec des précipitations bien au dessus de la moyenne. C'est bien simple, depuis le mois de décembre, il a plu en Aquitaine entre 35 et 82% de plus que les moyennes établies par Météo  France.
Et ce sont les villes des Pyrénées Atlantiques qui ont été le plus baignées par ces pluies parfois dévastatrices. Des villes comme Socoa et Pau ont subit 65 et 82% de plus que la "normale".

En Aquitaine

Dans ces villes, selon les chiffres de Météo France, il est tombé (entre décembre 2012 et le 12 février 2013) :
  • Bergerac : 273 ml (en moyenne 201 ml), soit une hausse de 35%
  • Bordeaux : 373 ml (264)
  • Dax : 433 (320
  • Mont-de-Marsan 324 (134)
  • Agen : 283 (167)
  • Biarritz : 564 (390)
  • Socoa : 678 (411), soit une hausse de 65 %
  • Pau 502 (275), soit une hausse de 82%


Quid des nappes phréatiques ?

A la DREAL (Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement d’Aquitaine), qui s'occupe de la gestion hydraulique, on explique que le "taux de remplissage des nappes est plus que satisfaisant". 
Bernard Gaillard explique "qu'il n'avait pas plu jusqu'au mois de novembre dernier et "qu'à ce moment là les nappes avaient atteint leur plus bas niveau". 
Avec ces pluies intenses depuis le mois de décembre, les nappes phréatiques aquitaines ont retrouvé un niveau de remplissage normal et aujourd'hui pourraient même atteindre leurs côtes maximales dans les Pyrénées Atlantiques. Et ailleurs si le printemps connaît une météo "classique"... Les fameuses giboulées de mars !

Deux types de nappes

Il existe deux types de nappes phréatiques. Celles dites alluvionaires proches des cours d'eau qui se remplissent par infiltrations et lors de crues. Et celles dites plio-quaternaires que l'on observe dans les zone sableuses (telles que les landes) qui elles aussi se remplissent facilement. Ainsi c'est aussi tous les "ouvrages hydrauliques" qui sont alimentés pour, à leur tour, " fournir en haut les systèmes d'irrigations... D'ici, cet été, les agriculteurs devraient garder le sourire, la terre ne devrait pas souffrir de sécheresse... 


les + lus

les + partagés