publicité

Bordeaux : deuxième ville préférée des Français.

Ce classement résulte d'une enquête menée par l'institut de sondages BVA, menée auprès de 6500 personnes, via Internet, dans la période du 25 février 2013 au 5 mars 2013. Un classement intéressant lorsque l'on voit au fil des ans l'agglomération régionale se métamorphoser en une très belle ville.

  • Par Bertrand Lerossignol
  • Publié le 23/04/2013 | 11:26, mis à jour le 23/04/2013 | 20:47
© France 3 Aquitaine
© France 3 Aquitaine
Si Bordeaux est deuxième après Paris, la capitale Aquitaine est donc la première des grandes villes de province. Paris reste loin devant avec un taux d'attirance manifesté par 52% des personnes interrogées, Bordeaux emporte 37% des avis des internautes sur des critères objectifs et subjectifs que l'institut ne communique pas.

Aux orties la qualification de "belle endormie"

Qui se souvient des façades noires des quais, des hangars s'étalant du pont de Pierre à l'écluse de Bacalan, les friches de la Bastide, l'avenue Thiers artère pénétrante sans charme vers un Pont de Pierre encombré, des cours et rues encombrées de véhicules, des mornes grilles des jardins publics, de la Tour de l'Horloge qui indiquait une heure incertaine sous un dôme morne et triste, de la Place de la Victoire, noeud de circulation entre le centre et les boulevards. Tout ceci appartient au passé, toutes ces années de travaux, de transformations sont récompensées par les sentiments manifestés par les touristes, visiteurs qui découvrent une communauté urbaine devenue vivante. Longtemps, la ville a eu ce qualificatif tellement lourd à porter de "belle endormie", elle avait et a toujours ses locomotives, les vieilles pierres et le vin, mais maintenant le charme est exprimé dans un écrin de goût, la déambulation est favoriser, structurée par le tramway, les transports en commun, alimentés par les rails lorsqu'ils empruntent le centre historique classé au Patrimoine mondial de l'UNESCO.

Bordeaux en mutation vers le bien-vivre

Un sondage en forme d'incitation à continuer, le sentiment collectif manifesté dans cette enquête conforte dans l'idée de l'ouverture de la ville vers une mutation totale. Les projets ne manquent pas, l'aménagement autour des Bassins à flots de Bacalan, pour les puristes, Bordeaux Maritime, pour les administratifs. Euratlantique est en gestation, le quartier émergera pour coïncider avec l'arrivée du TGV, mettant Paris à un peu plus de deux heures de Bordeaux, les aménagements de Floirac au pied du nouveau pont Chaban-Delmas.

Un rayon de soleil change la physionomie de la ville, la générosité de l'astre sur le Port de la Lune entraîne les individus à partager sa chaleur le long du fleuve, dans une pratique sportive du quai Sainte-Croix au quai des Salinières, amateurs de fleurs et plantations quai Richelieu, quai de la Douane, barboteurs sur le Miroir d'eau, contemplatifs quai Louis XVIII, la façade des Chartrons, déambulateurs  du quai des Chartrons au pont-levant Chaban-Delmas. Ses larges artères piétonnes incitent à aller faire un tour sur la rive droite.  Une rive droite, elle aussi en mutation, avec la mise en oeuvre du Grand Projet de Villes. Tous ces initiatives constructives ont donné une image nouvelle à l'ensemble de l'agglomération bordelaise, à sa communauté urbaine, un sentiment de bien-être nanti d'un riche patrimoine à découvrir.

Des pôles attractifs.

La rive droite a su mettre en place des zones franches pour recréer du tissus industriel, la communauté urbaine entretien les pôles d'excellence, l'aéronautique, l'avionique, les pôles d'enseignements sur l'ensemble des Universités de l'agglomération. L'objectif des décideurs est de combler tous les interstices laissés trop longtemps à l'abandon pour donner satisfaction au demande nombreuses d'installations sur l'agglomération, les projets immobiliers en cours sur les deux rives doivent amener des nouveaux résidents à profiter des charmes de cette ville classée deuxième du palmarès des villes préférées des Français, pour son bien être et son patrimoine. Bientôt, à l'instar d'autres villes, on sera fiers d'être bordelais.

les + lus

les + partagés