publicité

Millésime 2012 : Parker note mieux les Pomerol et Saint-Emilion que les Médoc

Après avoir dégusté plus de 2 000 vins, le célèbre critique américain a fait la part belle aux vins des appellations Pomerol et Saint-Emilion, vins à dominante de cépage Merlot récolté à pleine maturité.

  • A.H. avec AFP
  • Publié le 11/05/2013 | 12:11, mis à jour le 11/05/2013 | 12:26
Le célèbre critique américain Robert Parker © PATRICK BERNARD/AFP
© PATRICK BERNARD/AFP Le célèbre critique américain Robert Parker

Trois Pomerol ont été placés sur le podium, L'église Clinet (note de 96-100), Trotanoy (96-98) et Petrus (95-98+) tandis que parmi les 20 premiers figurent 12 Saint-Emilion, sept Pomerol et un Médoc, château Mouton-Rothschild (95-97) au quatrième rang, loin devant les autres perles de la rive gauche de la Garonne : Haut-Brion (93-95), Latour (92-94), Margaux (92-94) et Lafite Rothschild (92-95).

Les quatre grands crus classés A de Saint-Emilion, Ausone (95-97), Pavie (94-96+),
Angélus et Cheval Blanc (94-96), majoritaires en Merlot, figurent parmi les 13 premiers de ce classement, mieux notés que leurs homologues Premiers grands crus du Médoc.

"La précocité du terroir de Pomerol, qui vendange toujours 10 jours en avance par rapport à Saint-Emilion, a permis des vendanges au moment où il ne pleuvait pas", explique le critique de l'hebdomadaire Le Point, Jacques Dupont, qui publiera jeudi ses notes de dégustation des Bordeaux 2012. Selon lui, "dans les années très difficiles les grands domaines sont toujours plus avantagés car ils effeuillent beaucoup " grâce à leur personnel et "pratiquent une sélection très sévère", notamment avec des trieuses optiques permettant de sélectionner les grains de raisin les plus concentrés.

Pour les Médoc, Robert Parker dit avoir trouvé en Médoc "des vins pas si catastrophiques que ça" avec une augmentation des Merlot dans les assemblages pour compenser le manque de maturité des Cabernet Sauvignon.

les + lus

les + partagés