publicité

Gironde : lendemain de meetings

2000 centristes au Parc des expositions de Bordeaux / 20.000 socialistes au Parc Palmer de Cenon

  • Clémence Rouher
  • Publié le 20/04/2012 | 14:03, mis à jour le 03/10/2012 | 10:04
image_73519086.jpg
video title

Lendemain de meeting

En Gironde, dernière ligne droite avant le 1er tour dimanche

François Bayrou et François Hollande clôturaient hier leur 1er tour de meeting en Gironde, à l'avant veille du scrutin.

Un histoire de symboles ?

Hier soir, François Bayrou a commencé son allocution en rappelant ses origines aquitaines : "C'est le pays dans lequel je n'ai jamais cessé de vivre, la région dans laquelle je n'ai jamais cessé d'avoir mes racines". C'est une région qui a une âme profondément liée à l'idée démocratique".

Le béarnais en terre connue, en a profité pour revenir sur un thème fondateur de sa politique : la fin de l'alternance systématique droite/gauche.

Une idée développée à l'aide d'images empruntées à sa terre natale et à d'autres contrées : "C'est la course des gnous dans les points d'eau", a-t-il déclaré, faisant référence aux ministres d'ouverture des gouvernements de N.Sarkozy ayant annoncé leur intention de voter Hollande dimanche.


François Hollande, lui, sur les pas de François Mitterrand (en 1981, il avait terminé sa campagne de 1er tour au parc de Cenon).

"Je vois votre enthousiasme, je mesure votre confiance, je devine votre attente.
Ca monte, ca monte, ca monte encore!",
a lancé le candidat PS à la présidentielle lors de ce meeting en plein air, dernier grand rassemblement de campagne du 1er tour. Y ont répondu instamment les hourras et cornes de brumes d'un public nombreux, où fusaient les "François président".  Lequel ?

Autre symbole pour Hollande, en commençant sa campagne à Mérignac, et en la terminant à Cenon, le candidat à ainsi bouclé la boucle d'une campagne très dense.

"Je suis venu ici à 3 jours du premier tour pour vous rappeler l'enjeu du dimanche.
L'enjeu du dimanche, ce n'est pas un classement, ce n'est pas un ordre d'arrivée.
L'enjeu de dimanche, ce n'est pas de savoir qui va arriver troisième, quatrième ou même dernier. L'enjeu du dimanche, c'est de placer au plus haut le candidat du changement",
a encore déclaré le député de Corrèze.

les + lus

les + partagés